UN VOYAGE DANS MES LIVRES

SAGAN


Une conclusion qui n'en est pas une sur Françoise SAGAN

41WcHjx8BsL

 

 

 
 
 
 
Après avoir commenté quelques livres de Françoise SAGAN, je voulais avant de passer à un autre auteur, signaler des biographies qui pourraient aider les internautes à mieux comprendre ce que fut cette femme talentueuse, critiquée, moquée, jalousée, négligée et qui pourtant a écrit des romans d’une réelle profondeur.
 
  • "Je ne renie rien
  • "Chroniques 1954 -2003'
  • "Derrière l'épaule"
  • "Françoise Sagan ou l'ivresse d'écrire " de Valérie Mirarchi.

 

Il y en a  bien d'autres que je vous laisse le soin de chercher.
 
D’autres écrivains qui n’ont pas tous écrit des œuvres dignes d’être publiées n’ont pas subi une telle injustice.
Sa vie tumultueuse a certainement influencé les critiques littéraires plus intéressés par ses frasques que par ses livres.
 
Certes, certains ouvrages auraient mérité plus de travail, mais la majorité d’entre eux révèlent une surprenante modernité.
Je pense notamment à « bonjour tristesse » paru en 1954 dans une France très conservatrice et qui décrit des relations entre une fille et son père qui pourraient se situer à notre époque.
 
Plus tard, je retrouverai Françoise SAGAN, car je n’ai pas tout lu d’elle et sur elle.
 
Son fils a récemment publié un roman inachevé écrit par sa mère avant de décéder et a créé un site internet  que je vous suggère de visiter :  www.francoisesagan.fr
 
 
 
 
 

41fzzFKCpuL

 

 

 

 

 

 

 

Bonnne lecture à tous les internautes

 

 

 

 


10/01/2021
0 Poster un commentaire

"Musiques de scènes" - "De guerre lasse" - "Le cheval évanoui" - "Un orage immobile" - "La femme fardée" de SAGAN

51yixDGR3aL

 

 

 

 

 

 

 

J’aurais pu choisir de commenter d’autres ouvrages comme :

— « Le chien couchant » — 1980

— « Un sang d’aquarelle » — 1987

— « La laisse » — 1989

 

mais, il m’a semblé plus intéressant de parler d’un condensé de nouvelles intitulé « MUSIQUES DE SCÈNES » - publié en 1981 sur les thèmes qu’affectionne Madame Sagan.

 

J’ai apprécié les dialogues de l’une d’entre elles « quelques larmes dans le vin rouge ».

Entre deux inconnus, commence dans le parc d’une ville, une conversation sur l’amour.

 

Une autre nouvelle décrit l’exode en juin 1940 dans une Rolls avec pour personnages des gens fortunés, un jeune paysan blessé par un avion qui les sauve et finit par nouer une relation sans lendemain avec l’une des passagère.

 

Un livre agréable à lire, mais que je ne conserverai pas non plus dans ma bibliothèque.



 

 

 

51zkn9KAafL

 

 

 

 





« DE GUERRE LASSE » publié en 1985 et qu’elle dédia à son fils Denis pour une raison que j’ignore.

 

C’est un roman sur l’amour, mais aussi un roman sur la guerre qui décrit une atmosphère. Il y a ceux qui vivent normalement en zone libre et les autres qui survivent et luttent en zone occupée.

 

L’histoire se passe en 1942 pendant la Seconde Guerre mondiale, un célibataire Charles Sambat dirige en zone libre une usine dans le Dauphiné. Mais, son complice Jérôme, son contraire, faisant partie de la résistance, organise des filières d’évasion. Il surgit à l’improviste avec une jeune femme fragile qui partage son combat. Charles Sambat, homme à femmes, tombe amoureux d’elle. Il essaiera de la conquérir, de la protéger, de l’arracher à son meilleur ami fou de jalousie et qui sera d’ailleurs arrêté par la Gestapo. Alice repartira à Paris le rechercher. Finalement, Charles Sambat s’engagera dans la résistance quand les Allemands envahiront la zone libre.

 

J’ai apprécié ce roman que je considère d’une grande modernité. À l’heure actuelle, certains pays connaissent les horreurs de la guerre pendant que d’autres les ignorent.



 

 

 

51Ak4i0rjUL

 

 

 

 

 

 

Après cet ouvrage, je me suis délassée avec « LE CHEVAL ÉVANOUI » qui recueille deux récits présentés sous la forme de deux pièces de théâtre.

 

La première met en scène 6 personnes qui s’expriment comme dans un vaudeville pour finir à interpréter une comédie sur les thèmes de l’amour, de l’argent entre deux générations.

La seconde, « l’écharde » campe le personnage d’une vieille comédienne mythomane que son jeune amant abandonne. Mais, un jeune groom passionné de théâtre la laisse s’enferrer dans ses mensonges et ses illusions.

 

C’est ainsi que s’achève ce récit dont la modernité des dialogues apparaît et en rend la lecture intéressante.



 

 

51apUVd7AQL

 

 

 

 

 

 

 

« UN ORAGE IMMOBILE » — 1983

 

Un ouvrage qui a particulièrement retenu mon attention même s’il n’est pas qu’une pâle imitation des romans écrits par Stendhal ou Balzac.

 

Pour avoir lu pratiquement tous les livres de Françoise Sagan, j’avoue qu’ « un orage immobile » ne ressemble pas à ceux qu’elle a publiés. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, je le conserverai. Il m’intrigue.

 

Il raconte l’histoire d’un vieux notaire qui relate trente ans plus tard dans un cahier le déroulement des événements qui ont transformé l’amour qu’il a éprouvé pour une femme en un drame, celui de sa vie. Au fil des pages, il devient un écrivain sage et classique pour ressembler à la fin à un grand romantique.



J’aurais pu poursuivre mes commentaires sur :

— Les faux-fuyants — 1991

— Un chagrin de passage — 1993

— Le miroir égaré — 1996

— Les quatre coins du cœur — 2019, et tant d’autres dont j’ai oublié les noms,

mais comme pour tous ceux que je n’ai pas souhaité analyser dans ces articles, je préfère laisser les internautes le faire pour moi.



 

 

418UjoOiKgL

 

 

 

 

 

 

 

 

Je terminerai donc sur :

 

— « LA FEMME FARDÉE » — 1981

 

Ce livre volumineux rassemble sur un bateau de luxe quelques bourgeois, aristocrates et parvenus notoires au portefeuille bien rempli, qui les fait se côtoyer, se découvrir, s’aimer et se déchirer.

Françoise Sagan nous offre une étonnante galerie de portraits tous plus désagréables les uns que les autres. En effet, au fil des jours, le vernis se craquelle et la nature de chacun se révèle.

 

Je garderai cet imposant ouvrage impossible à décrire qui m’a donné envie chaque fois de lire les prochaines pages pour savoir où il allait m’entraîner.



 

 

 

 

 












31/12/2020
0 Poster un commentaire

"Bleus à l'âme" - "un profil perdu" de SAGAN

 

 

51sYoHIbUwL

 

 

 

 

 

 

Avant les « BLEUS À L’ÂME » publié en 1972, j’aurais pu également évoquer d’autres ouvrages que j’avais lus de Françoise SAGAN : Château en Suède 1960 — Les merveilleux nuages 1961 – La chamade 1965 – Le garde du cœur – 1968 – Un peu de soleil dans l’eau froide 1969.

 

Mais, lorsque j’ai trié les livres de ma bibliothèque, j’ai choisi de m’en séparer. Peut-être n’avais-je pas envie de les conserver pour des raisons qui n’appartiennent qu’à moi.

 

Par contre, j’ai souhaité relire et commenter « DES BLEUS À L’ÂME », car ce roman reprend les personnages présents dans la première pièce de théâtre écrite par Françoise Sagan en 1960 « château en Suède ».


« 
DES BLEUS À L’ÂME » raconte l’histoire d’un frère et sa sœur peu attirés par le travail. Encore beaux et âgés d’une quarantaine d’années, ils chercheront et trouveront de bonnes âmes fortunées pour subvenir à leurs besoins.

En relisant cet ouvrage, je n’ai pas pu m’empêcher de songer à la vie de Françoise Sagan. Même si le climat anxiogène de cette histoire n’altère pas la qualité de l’écriture, je ne garderai pas ce livre dans ma bibliothèque.



 

 

 

 

41bhUE-oH+L

 

 

 

 

 

« UN PROFIL PERDU » publié en 1974.

 

Un récit étrange où l’héroïne, Josée, qui subit depuis quelques années la jalousie morbide de son époux et ne sait plus comment lui échapper, rencontre un richissime industriel habitué à faire plier les gens. L’héroïne dès lors, se laisse porter par les événements et par cet homme qui va diriger sa vie sans rien lui demander en échange. Jusqu’au jour où elle rencontre un certain Louis qui l’aidera à sortir de ce guêpier et lui fera un enfant. Elle avouera cette situation à Julius A. Cream, le riche industriel qui prendra très mal cette nouvelle. Quelques mois plus tard, il décédera.

 

Jusqu’à la fin de l’histoire, le lecteur a le sentiment que l’héroïne n’est guère touchée par les situations qu’elle vit et par les gens qu’elle croise. La fin finit d’ailleurs sur cette légèreté de ton.

 

Même si les personnages sont bien dans la veine du style de Françoise Sagan, je considère que cet ouvrage n’est pas à la hauteur du talent de l’auteure.



J’aurais pu également proposer de résumer « le lit défait » publié en 1974. Mais ce livre a également disparu de ma bibliothèque.

 

Par contre, j’ai omis volontairement d’analyser les autres œuvres : nouvelles, théâtre, mémoires, journal et entretiens écrits par Françoise Sagan.

 

Par exemple, j'aurais pu évoquer une pièce de théâtre écrite en 1963 "la robe mauve de Valentine".

Effectivement, j'aurais pu !

 

Mais je n'ai pas été charmée par cette charmante histoire dont s'empara le cinéma en 1969 et dans lequel jouèrent en autres Danielle Darrieux et Michel Bedetti.

 

Je laisse ce soin aux internautes.

 

 

 

 

 


30/12/2020
0 Poster un commentaire

"Bonjour tristesse" et "un certain sourire" de SAGAN

 

41tpD5+dOpL

 

 

 

 

 

Après avoir relu « le lys dans la vallée » d’Honoré de Balzac, je me suis plongée dans la relecture de quelques-uns des romans écrits par Françoise SAGAN.

 

J’avais besoin d’un peu de légèreté !

 

Qui ne connaît pas Françoise SAGAN ?

Elle naquit en 1935 et décéda en 2004.

Elle écrivit des biographies, des pièces de théâtre, des chansons. Elle collabora aussi à l’écriture de scénarios et de dialogues de films.

Elle devint célèbre en 1954 avec son premier livre « bonjour tristesse ». Elle avait 18 ans.

 

 

«  BONJOUR TRISTESSE »

 

Je ne m’aventurerai pas à résumer son premier roman que j’ai lu à l’âge de 20 ans, relu plusieurs fois et encore tout dernièrement.

 

À mon sens, ce type d’ouvrage s’analyse mieux quand le lecteur possède une somme de connaissances telle qu’elle lui permet de savoir dans quel contexte il a été écrit afin de pouvoir le comparer à d’autres auteurs.

 

Et puis, à 20 ans, un livre ne se comprend pas comme à 70 ans.

 

Je m’explique.

 

Quand il parut, il fit effectivement scandale.

 

La France sortait d’une guerre qui avait duré cinq ans dont elle se relevait difficilement.

 

Le Président de la République de l’époque était René Cotty.

 

Des guerres commençaient comme la bataille de Diên Biên Phu en Indochine ou la guerre d’Algérie.

 

La IVe République fut incapable de surmonter le problème de la décolonisation et celui de la guerre froide.

Cependant, malgré les difficultés rencontrées, elle assura les fondements de la croissance des « Trente glorieuses » et engagea durablement la France dans la construction européenne.

 

L’élévation du niveau de vie, la création en 1950 du SMIG et l’augmentation des prestations sociales ouvrirent la porte de la société de consommation à de nombreux Français. C’est les 4 CV Renault qui symbolisèrent le mieux cette évolution.

 

L’après-guerre s’accompagna de profonds changements notamment ceux liés à la place des femmes dans la société française. Elles commencèrent à travailler même si elles occupaient des postes de moindre responsabilité.

 

Ce qui expliqua le fait que « Bonjour tristesse » ait scandalisé la France pudibonde de ces années-là qui peinait à accepter les débuts timides de l’émancipation de la femme confinée jusque-là au seul rôle de mère au foyer.

 

Aujourd’hui, beaucoup de lecteurs n’acceptent pas que ces auteurs des siècles passés aient connu de tels succès.

 

Je pense que revoir l’histoire de leur pays les aiderait à mieux comprendre les raisons de cette célébrité.

 

 

« Bonjour tristesse » est la signature d’une femme qui avait une écriture unique, la sienne et une personnalité que Sylvie Testut a su incarner à merveille au cinéma.

 

 

 

 

 

51q7wJFoK+L

 

 

 

 

 

 

 

 

« UN CERTAIN SOURIRE » fut publié en 1956


Dans ce roman, il y a l’héroïne qui se laisse porter par la vie. 


Son compagnon Bertrand, intelligent et qui visiblement l’aime. Elle est habituée à lui, mais elle s’ennuie avec lui. 


Un jour Bertrand lui présente Luc, son oncle voyageur. Il se passe quelque chose de léger, mais aussi d’impalpable, entre l’héroïne et Luc, comme une rencontre entre deux êtres qui se reconnaissent sans se connaître.


Plus tard, ils se reverront en présence de Françoise, la femme de Luc, et de Bertrand le compagnon de l’héroïne. Françoise considère l’héroïne comme l’enfant qu’elle n’a pas pu avoir.

 

Ces circonstances particulières sont traitées avec l’élégance littéraire qui signe le style Sagan. Elles auraient pu devenir tragiques à partir du moment où Luc et l’héroïne entament une liaison qui ne durera pas d’ailleurs. Françoise s’explique avec l’héroïne. 
Ces explications coulent sur l’héroïne comme si elles n’avaient jamais existé. 


Ce qui fait de leur histoire, une histoire d’amour simple pour laquelle il n’est pas nécessaire d’en faire un drame. Du pur Sagan !

 

 

D'autres romans me viennent en mémoire que les internautes prendront peut-être le temps de lire et de commenter. Pour ma part, je les ai enlevés de ma bibliothèque.

 

Il s'agit de :

 

  • "Dans un mois, dans un an"  1957
  • "Aimez-vous Brahms"  - 1959

 

 

 

 

 

 

 


29/12/2020
0 Poster un commentaire