UN VOYAGE DANS MES LIVRES

FOENKINOS Eric - "Vers la beauté"

51fxuFiTIDL

 

 

 

 

 

Ce romancier, dramaturge, scénariste, réalisateur français est né en 1974. Il a accumulé de nombreux prix littéraires :

 

Et, etc.……………………………………………

 

 

 

Résumé  de :  « vers la beauté »

 

Antoine Duris est professeur aux Beaux-Arts de Lyon. Du jour au lendemain, il quitte tout pour devenir gardien de salle au Musée d’Orsay.

Mathilde Mattel, la DRH du Musée, qui l’a engagé est intriguée par cet homme taciturne, effacé, spécialiste de Modigliani qui a choisi d’occuper un poste qui ne correspond pas à ses compétences.

D’autant que Mathilde le surprend parfois à parler à mi-voix au portrait de Jeanne Hébuterne, la fiancée du peintre au destin tragique.

Au fil des pages, le lecteur devine que Mathilde ne le laisse pas indifférent. D’ailleurs, c’est grâce à l’aide de cette dernière que se révéleront les raisons de la reconversion et du traumatisme qui ont bouleversé la vie d’Antoine Duris.

 

C’est ainsi que peu à peu l’histoire de Camille se dévoile.

Il s’agit d’une lycéenne solitaire dotée d’une extrême sensibilité artistique. En fait, elle se découvre à elle-même et à son entourage, à compter du jour où elle s’initie à la peinture. Mais, le viol qu’elle subira la terrassera pendant un certain temps. Grâce aux conseils d’une psychologue, elle suivra des cours aux Beaux-Arts de Lyon encouragée par sa famille et son professeur Antoine Duris. Ils lui redonneront cette envie de créer que son drame personnel avait détruite. Mais, l’équilibre entre vivre et mourir est compliqué à trouver après un tel traumatisme et il suffit ce peu pour que tout bascule.

La deuxième partie livre des réponses et des surprises étonnantes que je laisse le soin aux lecteurs de découvrir.

 

 

 

 

 

David FOENKINOS aborde avec délicatesse la question du viol. C’est d’autant plus étrange que c’est un homme qui a écrit ce roman.

 

La pureté de l’écriture de  "vers la beauté" ferait presque oublier l’horreur de l’acte qui a été commis par un monstre.

Cependant, le portrait de cet homme manque un peu d’épaisseur.

 

Si bien que le lecteur néglige de s’attarder sur sa noirceur, subjugué par la poésie qui se dégage des phrases qui défilent devant lui.

 

 

 

 

 

La beauté et la poésie sont indispensables au devenir de notre littérature.

 

Un livre n’est pas là pour étaler tous les mauvais produits de notre civilisation. Les médias s’en chargent !

 

Par contre, la beauté et la poésie devraient être plus souvent présentes dans la littérature pour nous faire rêver !

 

La façon dont David FOENKINOS nous décrit ce viol et les conséquences qu’il a engendrées devraient toucher les lecteurs sensibles à ce style d’écriture.

 

 

J’avais adoré « Charlotte » et « la délicatesse », j’avoue avoir beaucoup aimé « vers la beauté » même s’il comporte quelques faiblesses.

 

 

 



04/11/2021
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres