UN VOYAGE DANS MES LIVRES

KHADRA Yasmina : "L'outrage fait à Sarah Ikker"

Cet auteur d’origine algérienne est né le 10 janvier 1955.

 

Il a été envoyé par son père à 9 ans dans une institution militaire. Il y restera 36 ans, mais amoureux de notre langue, il écrira dans la clandestinité et deviendra célèbre dans le monde entier en utilisant les deux prénoms de sa femme.

 

L’Académie française lui décernera d’ailleurs le grand prix de littérature Henri-Gal, Prix de l’Institut de France 2011.

Il obtiendra également un nombre impressionnant de prix littéraires tout au long de sa carrière.

 

 

 

 

 

41Zc8GEIQML

 

 

 

 

 

 

Résumé de "l'outrage fait à Sarah Ikker"

 

Curieux couple formé par Driss, un jeune homme d’origine modeste et Sarah, la fille d’un puissant fonctionnaire de police qui se sont rencontrés par hasard dans une soirée. L’amour que lui porte la jeune fille et l’aide du père de cette dernière permettent à Driss de gravir rapidement les échelons dans la police.

Grâce à son beau-père, il sera nommé dans plusieurs villes du Maroc sans réellement s’y plaire. Tout basculera dans la vie du couple quand Sarah sera violée.

 

Yasmina KADHRA nous tient en haleine jusqu’à la fin.

Le lecteur peut faire des suppositions, mais je ne sais pas s’il s’attend au coupable présenté dans ce livre et à la raison pour laquelle ce coupable a commis l’irréparable.

 

L’honneur est important dans certains pays et passe parfois avant tous les autres sentiments.

 

 

 

 

« L’outrage fait à Sarah Ikker » n’est pas le meilleur roman de l’auteur. Il a seulement l’avantage de délasser, car le lecteur a hâte d’apprendre qui a violé la femme de Driss, le lieutenant de police.

 

 

Toutefois, en sortant des romans d’Hervé BAZIN, j’ai éprouvé quelques difficultés à me plonger avec intérêt dans cette lecture trop facile et avec ce langage argotique plus proche du langage parlé qu’écrit.

 

J’ai eu la chance de rencontrer Yasmina KADHRA lors du Salon du livre de Brive et d’apprécier son extrême gentillesse.

 

J’ai découvert cet écrivain il y a longtemps avec :

 

« ce que le jour doit à la nuit ».

 

Puis, j’ai dévoré « les hirondelles de Kaboul «  - « l’attentat » - « les sirènes de Bagdad »

 

- « l’écrivain » et bien d’autres ouvrages encore.

 

 

 

C’est peut-être ce qui me permet d’émettre ce jugement qui n’engage que moi sur : « l’outrage fait à Sarah Ikker’

 

 

 

 



04/08/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres