UN VOYAGE DANS MES LIVRES

TUIL Karine - "les choses humaines"

41+Ds9BjgHL

 

 

 

 

 

 

Cette écrivaine née en 1972 à Paris a publié des livres qui ont souvent pour thème les contradictions de notre vie contemporaine.

 

 

Elle est connue pour  certains de ces ouvrages :

 

  • 2000 : Pour le pire 

  • 2001 : Interdit 

  • 2002 : Du sexe féminin 

  • 2003 : Tout sur mon frère 

  • 2005 : Quand j’étais drôle 

  • 2007 : Douce France 

  • 2008 : La Domination 

  • 2010 : Six mois, six jours 

  • 2013 : L’Invention de nos vies 

  • 2016 : L’Insouciance 

  •  

En 2019  avec  Les Choses humaines  elle a reçu

le Prix Interallié et le Goncourt des Lycéens

 

 

 

L’histoire :

 

Jean est un célèbre journaliste politique français.

Son épouse Claire plus jeune que lui est connue pour ses engagements féministes.

Ensemble, ils ont un fils brillant, étudiant dans une prestigieuse université américaine.

Il faut savoir que cette famille parfaite ne l’est pas autant qu’elle semble l’afficher. Jean a une maîtresse officielle depuis longtemps et de nombreuses aventures occasionnelles malgré son âge avancé.

Quant à Claire, elle tombe amoureuse d’un autre homme père de deux jeunes filles. Pour lui, elle quitte Jean et part vivre avec le nouvel homme de sa vie.

Mais les apparences de cette réussite vacilleront lorsque le fils de Jean et de Claire sera accusé de viol.

 

 

 

 

L’écriture de Karine TUIL est besogneuse. Tout y est : les attentats, la famille, le viol, les réseaux sociaux, le milieu de la presse, la notion du pouvoir, la vieillesse, l’importance de l’image, la xénophobie, l’antisémitisme, le féminisme, et, etc.

Étrange, l’homosexualité ne figure pas dans ce catalogue des problèmes qui agitent notre société contemporaine !

 

Seule la dernière partie du livre sur l’idée du consentement pourrait être retenue dans l’énumération des travers qui concernent les personnages de ce livre.

 

Personnellement, j’ai tenté de m’accrocher aux portraits de ces femmes qui auraient pu toutes être mieux défendues par l’écriture de karine TUIL.

Cela m'aurait permis également d'oublier tous ces gens antipathiques qui s'expriment dans ce récit. Mais j’avoue ne pas y être parvenue !

 

Je le regrette, car ce sujet d’une violence inouïe aurait mérité une approche différente.

 

 

 

 

Comme beaucoup d’écrivains, Karine TUIL parsème son récit de noms de gens célèbres comme celui de Romain GARY que je venais de relire et commenter avec « les promesses de l’aube ».

 

Il faut reconnaître que le fait de passer de la beauté à la laideur, d’un sujet doux à un sujet violent, demande un temps d’adaptation.

Peut-être est-ce la raison qui m’empêche aujourd’hui d’adhérer à cette histoire qui ressemble à toutes celles qui peuvent se lire ou s’écouter actuellement dans les médias ?

 

 

 

 

Je me pose toujours la même question.

 

Le livre serait-il devenu un produit de consommation au même titre que d’autres ?

 

Ces écrivains ne font pas preuve d’inventivité et de poésie. Ils utilisent les nombreux événements qui surgissent dans notre vie quotidienne contemporaine avec l’assentiment des médias pour construire une histoire qui attire l’attention des lecteurs.

 

Une facilité dérangeante pour l’avenir de la littérature.

 

 

 

 

 

 



01/11/2021
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres