UN VOYAGE DANS MES LIVRES

DELAUME chloé - "Le coeur synthétique"

Cette écrivaine est née en 1973.

 

Elle est également éditrice performeuse, musicienne et chanteuse.

Son œuvre littéraire, composée d’une vingtaine de romans, de récits, de musiques est qualifiée par l’auteure « d’expérimentale ».

 

 

 

 

 "Le Cœur synthétique"

 

Adélaïde vient de rompre à l’âge de 46 ans avec son dernier compagnon. Avec la solitude, elle découvre la difficulté de retrouver un amant à son âge.

Dans sa vie, il n’y a ni enfant, ni famille, mais des amies et un travail.

Le lecteur comprend à travers les déboires d’Adélaïde que cela ne suffit pas à la rendre heureuse.

 

 

 

 

 

41VgMtM6ILL

 

 

 

 

 

 

 

Comment expliquer la déception que j’ai éprouvée en lisant ce roman encensé par la presse, d’où d'ailleur ma difficulté à le résumer ici !

 

Autant je m’incline devant les livres de Simone de Beauvoir sur le féminisme, autant ce féminisme vu par Chloé DELAUME me révulse.

 

Que dire encore de la trop grande simplicité de l’écriture de ce roman, avec une utilisation importante du présent, des phrases courtes, des prénoms répétés sans arrêt comme si on allait les oublier.

 

Et puis à mon sens, les mésaventures de cette cinquantenaire ne méritaient pas un tel intérêt !

 

Et pourtant, il y avait un sujet en or qui aurait pu être traité autrement !

 

 

 

 

 

Comme je n’ai rien compris à ce qu’a voulu exprimer l’auteure, je préfère joindre un extrait parmi d’autres d’un entretien diffusé sur France Culture le 15 septembre 2020 et toujours présent avec d'autres sur internet :

 

 

 

 

L’écriture du Cœur synthétique, c’est vraiment le moment de solitude extrême, compilé avec des anecdotes de « loose » sentimentale assez historiques, chez moi, comme chez mon entourage, et donc il fallait réagir. Je suis comme mon héroïne, je suis passée de bras en bras, je n’ai jamais été toute seule, et je me retrouve tout à coup à 46 ans, sur le marché. Ça a été une très grosse surprise, une surprise assez violente sur l’invisibilité de la femme. Je pensais que j’allais être préservée à jamais, mais visiblement, ce n’est pas le cas. En fait, ce livre est lié à une pulsion de survie : soit je passais mon temps à chouiner avec les copines, et on devenait misandres à jamais, soit, avec les outils d’écriture dont je dispose, je prenais le taureau par les cornes pour en faire une blague collective. C’est une comédie, mais c’est quand même parti d’un geste assez habituel chez moi, qui est de l’ordre de la survie par l’ouvrage. Chloé Delaume

 

 

 

 

Je laisse le soin aux lecteurs de lire cet ouvrage qui a obtenu le prix Médicis 2020.

 

 

J’avoue que j’aimerais beaucoup que quelqu’un m’explique ce que ce livre a de particulier sur le plan littéraire.

 

Le Jury aurait-il souffert du confinement ?

 

Le livre, en général, deviendrait-il un bien de consommation comme un autre ?

 

Je m'interroge de plus en plus  !

 

 

 

 

 



15/10/2021
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres