UN VOYAGE DANS MES LIVRES

"Les victorieuses" de Laetitia COLOMBANI

Ce deuxième roman ne sera pas celui qui me réconciliera avec la littérature.

 

 

 

 

 

« Les victorieuses » relatent comme indiqué ci-dessous l’histoire de deux femmes.

 

L’une a créé « le Palais de la Femme » il y a plus de cent ans dont la mission d’aider les exclus se poursuit encore aujourd’hui sous une autre forme et avec d’autres dirigeants.

 

Quant à l’autre, pur produit du XXIe, une dépression la conduira dans ce « Palais de la Femme » pour assister quelques résidentes dans leurs démarches administratives.



 

 

 

 

AGADIR AVRIL 2008 190 (2)

 

 

 

Résumé

 

 

À 40 ans, Solène fait un burn-out.

 

Le suicide du client dont elle défend les intérêts en tant qu’avocate en est certainement l’élément déclencheur.

 

Pour lui permettre de reprendre le cours de sa vie, son médecin lui conseille de se tourner vers le bénévolat.

 

Elle qui a tout sacrifié à sa carrière hésitera longtemps. Une annonce « cherche volontaire pour mission d’écrivain public » la décidera enfin à choisir cette solution.

 

Dans un foyer appelé « le Palais de la Femme », elle rencontrera des femmes en grande difficulté.

 

L’adaptation sera compliquée pour elle, mais elle retrouvera une énergie qu’elle croyait avoir perdue pour aider les autres. Elle renouera aussi avec l’écriture.



Parallèlement à l’histoire de Solène, Laetitia COLOMBANI nous conte la création de ce « Palais de la femme », un siècle plus tôt grâce à la ténacité de Blanche Peyron, Cheffe de l’Armée du Salut en France pour toutes les exclues de la société.



 

 

 

Que dire sur ce roman ?

 

 

J’ai hésité à acheter le deuxième livre de Laetitia COLOMBANI « les victorieuses ». Les éloges et les critiques se croisaient anarchiquement. Elles aiguisèrent cependant ma curiosité.



Tout d’abord, j’ignorais l’existence de Blanche Peyron, qui lutta, aidée par son mari Albin en créant ce lieu unique pour tous ceux que les aléas de la vie précipitaient dans les rues.

 

J’avoue que j’aurais aimé en savoir plus sur son parcours personnel, sur ses engagements, sur ses difficultés, sur ses joies.

 

Cette femme méritait un traitement digne de son action en faveur des plus démunis et peut-être à travers ce livre une autre reconnaissance.

 

La vie de Solène, ce pur produit du XXIe siècle prend trop de place dans ce roman et ce n’est pas cette jeune femme qui aurait dû avoir le premier rôle.

 

Pour écrire cet ouvrage émouvant, l’auteure s’est plongée dans les archives du Palais de la femme.

Elle a rencontré également des personnes concernées par la précarité.

 

Ces portraits de femmes manquent d’épaisseur. Il eût été intéressant de connaître leur histoire personnelle. Ce qui aurait apporté une autre humanité à la lecture de cet ouvrage.



Certes, ce livre se lit rapidement, mais il aborde ces sujets complexes et préoccupants d’une façon trop légère à mon sens.

 







 

 



26/02/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres