UN VOYAGE DANS MES LIVRES

de BERBEROVA Nina à FERRANTE Eléna

Deux auteures étrangères et deux façons différentes d’écrire sur les souvenirs.

 

Certains comprendront l’âme russe avec Nina BERBEROVA.

 

(voir mes liens) :

 

"La résurrection de Mozart" de Nina BERBEROVA

 

"Le livre du bonheur" de Nina BERBEROVA

 

 

 

D’autres se sentiront plus proches de la sensibilité italienne avec Elena FERRANTE.

 

(voir mes liens) :

 

Les quatre livres de la saga d'Elena FERRANTE

 

"L'amour harcelant" de Elena FERRANTE

 

 

 

 

Et puis, il y a tous ceux qui jugeront durement ces deux écrivaines.

 

 

Peut-être faut-il avoir beaucoup lu d’ouvrages français, mais aussi étrangers pour être en mesure de comparer avec objectivité ces deux manières d’exprimer des ressentis.

 

 

Ces deux romans m’incitent à penser que la lecture est un voyage personnel qui ne se partage pas avec tout le monde !

 

Dans ce voyage, personne ne voit le paysage de la même façon !

 

Peut-être est-ce pour cela qu’il faut beaucoup voyager dans les livres pour mieux les comprendre !

 

 

 

 

 

 

 

 

L’une est Nina BERBEROVA — d’origine russe

Née le 26 juillet 1901 — morte le 26 septembre 1993

 

 

La révolution russe fait émigrer cette jeune femme en Europe avec son compagnon, un poète de 15 ans, son aîné.

Ils se fixeront à Paris en 1925 .

Elle le quittera et épousera un peintre dont elle se séparera après la Première Guerre mondiale.

En 1950, elle partira à New York  où elle gagnera sa vie en exerçant des petits boulots. En 1954, elle se mariera avec un pianiste qui est également enseignant russe.

Elle deviendra professeur de littérature russe à l’université de Yale, puis de Princeton tout en continuant à écrire.

Son œuvre comprend des romans, des récits, des biographies, de la poésie, de l’histoire.

Elle donne vie aux exilés en rédigeant de courtes histoires dans un style unique.

 

Elle n’aura jamais d’enfant par choix personnel.

 

Ce n’est qu’en 1985 que le fondateur des Éditions Actes Sud lui proposera de publier son roman « l’accompagnatrice ».

 

Elle deviendra célèbre à plus de 85 ans.

 

 

 

 

 

 

 

 

L’autre est Elena FERRANTE — d’origine italienne

Née le 5 avril 1943 à Naples

 

C’est une romancière, nouvelliste et essayiste italienne qui derrière son pseudonyme a toujours refusé les apparitions télévisées.

 

Elle a accepté de rares interviews écrites – Voir le hors-série de juillet-août-septembre 2021, page 156 un article sur cette auteure dans : LIRE magazine littéraire — Femmes de lettres — 101 auteures essentielles.

 

 

Les livres d’Elena FERRANTE bénéficient d’un lectorat important tant en France qu’à l’étranger.

 

 

En 2015, Roberto SAVIANO, connu pour son livre intitulé « Gomorra » paru en 2006 qui décrit le système des clans mafieux, proposera l’auteure de l’amie prodigieuse au prix Strega considéré comme l’équivalent du Goncourt en France.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



08/07/2021
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres